À propos de Moose River

Emplacement de la mine d’or et bâtiments, Moose River, comté d’Halifax, N.-É., vers 1936.

« C’est une région délabrée, morne et désolée ici. C’est rempli de broussailles, de tiges de forêt secondaire et de roches. De la roche – inlassable, dure, cruelle... »

C’est là la façon dont un observateur a décrit Moose River dans le comté d’Halifax, en avril 1936. Dans cet endroit isolé à 26 kilomètres à l’écart du chemin principal près de Middle Musquodoboit et à plus de 97 kilomètres d’Halifax, on extrayait de l’or par intervalles depuis que John Pulsifer en avait découvert pour la première fois en 1860, puis qu’un certain M. Taylor en avait trouvé en 1868. Entre 1888 et 1939, 25 917 onces ont été prélevées du sol.

En 1936, lorsque Moose River a suscité l’attention du monde, il ne s’agissait que d’un petit village comptant au plus une dizaine de maisons.

Photographie de sauveteurs près d’un chevalement nouvellement érigé.

Hommes en train de travailler sur le site de sauvetage des mines de Moose River. Noter la terre qui s’est effondrée à la droite du chevalement en 1936.

Collection de photographies minières historiques du ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse.

En 1934, on avait formé le Moose River Gold Syndicate pour extraire l’or des anciennes mines. Celles-ci comprenaient cinq mines principales à divers degrés de délabrement et d’un certain nombre de puits plus modestes, ainsi que d’un broyeur. M. Herman Magill et le docteur D. E. Robertson, tous deux de Toronto, étaient devenus les principaux actionnaires de la société. Magill, qui était avocat, mais qui possédait une certaine connaissance de la géologie, déménagea à Moose River en janvier 1936 pour superviser les activités.