Capitaine Campbell Hardy

Gravure peinte montrant des mineurs d’or en train de marcher entre une « rue » de bâtiments de chevalements-abris en bois et de tentes.

De nombreux organismes réunissant des artistes amateurs et des scientifiques furent créés pour la réalisation d’études et de recherches scientifiques qui permettraient d’en apprendre davantage sur l’histoire naturelle de la région. Le Nova Scotian Institute of Science (NSIS) est l’un de ces groupes qui est né de l’intérêt qu’a éveillé l’étalage des ressources naturelles de la province à l’Exposition de Londres.

Le Capitaine Campbell Hardy, de l’Artillerie royale, qui est sans doute surtout renommé pour sa publication Forest Life in Acadie, a vécu en Nouvelle-Écosse pendant plus de 15 ans. Il fut non seulement l’un des organisateurs du Nova Scotian Institute of Science, mais également un fervent amateur de sports de plein air, naturaliste, artiste, écrivain et scientifique amateur réputé. Après une formation comme dessinateur topographique à l’Académie militaire royale Woolwich, Hardy poursuivit la tradition des artistes militaires britanniques qui ont contribué à la documentation des débuts du Canada.

Gravure peinte d’hommes munis de berceaux et de pioches le long de la plage à The Ovens, N.-É.

Gravure peinte à la main de Lavage d’or à la batée près de Lunenburg, publiée le 14 septembre 1861 dans le London Illustrated News. Basée sur un dessin du Capitaine Campbell Hardy.

AGNS: 1995.452

Plusieurs gravures basées sur les dessins de Hardy, qui agissait comme correspondant, ont été publiées dans l’Illustrated London News en 1861 en même temps que des comptes rendus détaillés de sa part au sujet de la Nouvelle-Écosse durant la première ruée vers l’or.